French English

Quelques originalités de la flore guernoise

faux aloesGrâce à sa situation géologique et hydrologique, la commune de Guernes présente différents milieux écologiques.

En effet, la Seine et ses deux bras traversent d'Est en Ouest la plaine alluviale de la commune. Avec leurs berges arborées et leurs milieux très différents de ceux du fleuve, ces deux bras de Seine offrent certaines particularités botaniques.

Avant la construction des deux ponts sur ces bras en 1952 et le rétablissement de la circulation de l'eau dans leur lit en 1953, une curieuse plante pouvait y être observée. Il s'agissait d'une plante, rappelant effectivement certains aloès, dont les feuilles linéaires, pointues, à dents épineuses étaient disposées en une touffe serrée, et qui portait le nom de faux aloès ( STRATIOTES ALOIDES. L).

stratiotes aloidesDans son livre « Les plantes protégées de l'Ile-de-France », le botaniste Gérard Arnal mentionne qu'en 1948, une grande population de ce faux aloès se rencontrait dans l'un des « bras morts » de l'île de Guernes.

Cette plante figure aussi sur les photos d'un dossier concernant les travaux d'aménagement des bras de Guernes entrepris en 1951 lorsque M. Marcel Perrault était le maire de notre village.

Cette plante aquatique fleurit en juin ou juillet et la fleur de couleur blanche a la grosseur d'un petit bouton de rose à peine éclos. La morphologie de cette plante est particulière avec une racine ancrée dans la vase d'où s'élance une tige blanche qui supporte un bouquet de feuilles à l'image « d'un ballon d'enfant tenu par sa main »

Dans son livre, Gérard Arnal souligne que cette plante aquatique n'existe plus en Ile-de-France et il la classe parmi les plantes éteintes ou présumées telles.

Dans les futurs aménagements de zone humide de la boucle de Guernes, il serait possible de la réintroduire afin d'avoir une image historique de la biodiversité botanique de notre commune.

D'ailleurs, cette plante n'est pas la seule à susciter un intérêt botanique. Connue des habitants du village et surtout des pêcheurs, une autre plante aquatique prolifère dans l'eau douce des bras de la Seine à Guernes. Il s'agit d'une lentille d'eau, la wolffie (WOLFFIA ARRHIZA), qui est la plus petite plante à fleur d'Europe avec un diamètre variant d'un demi à un millimètre. Il semble qu'il y a là, l'unique site d'observation de cette lentille d'eau dans le Vexin français ce qui la rend particulièrement rare. Christian Weiss, botaniste bien connu, décrit cette lentille d'eau dans le « Guide des Parcs Naturels Régionaux » publié sous la direction d' A. Reille.

 

wolffia arriza

Les boucles de la Seine offrent donc un patrimoine naturel de grande importance dans la géographie des régions françaises et la boucle de Guernes mérite une attention particulière dans le classement des paysages, des sites Natura 2000 grâce à sa biodiversité et à ses éléments floristiques et faunistiques.

Attention aux tiques

Les Tiques de la boucle de Guernes sont parfois porteuse de la piroplasmose.

La piroplasmose

 

C'est une maladie transmise par les tiques qui atteint les globules rouges.
La piroplasmose est l'une des maladies les plus fréquentes chez le chien, qui tue encore de nombreux chiens chaque année en France.

 

Des eaux pas si tranquilles que ça...

phoca thumb m pont bras seine 1Il fait chaud !

Une envie de se rafraichir ?

Cela tombe bien, à Guernes ce n’est pas l’eau fraiche qui manque : les bras de Seine, les étangs et juste à côté le port l’Ilon.

Les adolescents guernois et même des enfants plus jeunes l’on bien remarqué ; il y a plusieurs lieux où l’on peut trouver de l’eau pour se baigner à Guernes et aux alentours.

phoca thumb m port l ilon

Malheureusement tous ces lieux de bain potentiels comportent des dangers de noyade et des risques sanitaires.

 

Routes du 78 - Les travaux prévus cet été

Travaux d'été 2017 sur les routes départementales Cet été, le Département intensifie les travaux d’entretien et de modernisation de son réseau routier.

 

La carte interactive des chantiers routiers d’été.

Cliquez sur la carte pour des informations détaillées pour chaque point de travaux.

La période estivale offre en effet des conditions propices, avec une météo plus favorable et une circulation moins dense, pour réaliser des interventions « coup de poing » ou avancer sur des gros chantiers de plus longue haleine.

Cette période permet aussi, dès que cela est possible, d’envisager un nombre plus important d’interventions se déroulant de nuits notamment pour les renforcements de chaussée, ce qui réduit d’autant plus l’impact pour les Yvelinois. Cette année, ce sont plus de 70 chantiers répartis sur 68 communes des Yvelines qui vont se dérouler tout ou partie cet été.

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.