French English

Économie

L’agriculture, concernant presque la moitié du territoire communal, et l’exploitation de granulats, sont les deux principales activités économiques à Guernes.

Agriculture

L’agriculture est une activité importante à Guernes. En effet, sur une superficie de 854 hectares, un peu plus de 400 sont des terres agricoles, soit presque la moitié du territoire communal. Il existe également un important élevage de bovins sur la commune.

La répartition des cultures pour la campagne 2007/2008 telle qu'enregistrée à la chambre d'agriculture), étaient réparties comme suit (Agence des Espaces Verts d’Ile de France :

  • 40 % en blés ;
  • 40 % prairies temporaires + 5 ans ;
  • 15 % en maïs grain ;
  • 5 % en colza.

Sablière

La sablière est une exploitation de sables et graviers dans la boucle de Guernes, avec réaménagement coordonné : plans d’eau, base nautique, forêt, espace écologique. Lieu de découverte de la géologie, des techniques d’extraction, de transport et de réaménagement. La carrière offre une grande diversité de milieux réaménagés sur une surface totale de près de 300 ha.

Exploitée par la Compagnie des sablières de la Seine appartenant au Groupe Lafarge (Société Lafarge Granulats Seine Nord). Cette société y produit 600 000 tonnes par an de granulats, soit 25 % de la production du département.

Aujourd’hui, sur les 2 100 ha de la Boucle de Guernes, 25 % on été exploités.

Les zones d’extraction les plus anciennes ont laissé derrière elles de grands plans d’eau, tel que celui de l’Ilon ou de la Base de Loisirs de Sandrancourt. Caractérisés par des formes géométriques et des berges abruptes, ceux-ci présentent un intérêt ornithologique modéré, essentiellement pour l’hivernage d’Anatidés.

Certaines carrières ont fait l’objet de reboisement en résineux, d’autres ont été laissées à la dynamique de recolonisation naturelle (Domaine régional de Moisson) où s’est développé tout un cortège d’espèces xérophiles (c’est-à-dire des espèces liées aux milieux secs et chauds) attirant une population originale d’oiseaux, dont plusieurs espèces directement concernées par la Directive Habitats. Il s’agit notamment de l’Oedicnème criard (Burhinus oedicnemus), de l’Engoulevent d’Europe (Caprimulgus europaeus) et de la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio).

  • Visite guidée des zones en cours d’exploitation, de la chaîne de transport et de traitement. Les visites se font en minibus, attelage et pousseur de péniches : samedi : 10h-18h (départ toutes les heures).

Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Photo Joëlle Bu...
Photo Joëlle Bultez
Carrieres
Carrieres
Lafarge
Lafarge

Les carrières granulats de la vallée de la Seine sont en activités.

Toutefois certaines parties sont désaffectées et ont été valorisées après la cessation de leur exploitation.

Ainsi celles de Moisson et de Guernes ont été successivement acquises par la région Ile-de-France, en 1976 et 1993, en vue de les protéger. Des milliers de tonnes de remblai, composé de calcaire, de sable et de terre végétale ont été utilisées pour les combler. L'observation des oiseaux A Moisson, c'est l'exploitant à savoir la société Lafarge qui a été chargé du comblement. En revanche à Guernes, il a été effectué en partenariat entre Lafarge et l'Agence des espaces verts d'Ile-de-France. A Moisson, la végétation a colonisé naturellement les 400 hectares. Ce sont essentiellement des genêts et des bruyères qui ont recouvert le site. A Guernes, l'Agence des espaces verts a réalisé une collection botanique composée notamment de landes, de prairie ou encore de marécages et de massifs boisés. Il y a seize groupements de végétaux caractéristiques de la vallée de la Seine.

Lors des portes ouvertes, les visiteurs ont l'occasion de découvrir l'espace naturel. Depuis l'observatoire dominant l'ensemble du site, ils peuvent apercevoir diverses espèces d'oiseaux sur le plan d'eau, entre autres des gravelots et des martins-pêcheurs. Plus de 190 espèces, passereaux ou de palmipèdes, ont été recensés dans ce domaine qui est un lieu de migration et de nidification.

Attention aux tiques

Les Tiques de la boucle de Guernes sont parfois porteuse de la piroplasmose.

La piroplasmose

 

C'est une maladie transmise par les tiques qui atteint les globules rouges.
La piroplasmose est l'une des maladies les plus fréquentes chez le chien, qui tue encore de nombreux chiens chaque année en France.

 

Des eaux pas si tranquilles que ça...

phoca thumb m pont bras seine 1Il fait chaud !

Une envie de se rafraichir ?

Cela tombe bien, à Guernes ce n’est pas l’eau fraiche qui manque : les bras de Seine, les étangs et juste à côté le port l’Ilon.

Les adolescents guernois et même des enfants plus jeunes l’on bien remarqué ; il y a plusieurs lieux où l’on peut trouver de l’eau pour se baigner à Guernes et aux alentours.

phoca thumb m port l ilon

Malheureusement tous ces lieux de bain potentiels comportent des dangers de noyade et des risques sanitaires.

 

Routes du 78 - Les travaux prévus cet été

Travaux d'été 2017 sur les routes départementales Cet été, le Département intensifie les travaux d’entretien et de modernisation de son réseau routier.

 

La carte interactive des chantiers routiers d’été.

Cliquez sur la carte pour des informations détaillées pour chaque point de travaux.

La période estivale offre en effet des conditions propices, avec une météo plus favorable et une circulation moins dense, pour réaliser des interventions « coup de poing » ou avancer sur des gros chantiers de plus longue haleine.

Cette période permet aussi, dès que cela est possible, d’envisager un nombre plus important d’interventions se déroulant de nuits notamment pour les renforcements de chaussée, ce qui réduit d’autant plus l’impact pour les Yvelinois. Cette année, ce sont plus de 70 chantiers répartis sur 68 communes des Yvelines qui vont se dérouler tout ou partie cet été.

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.