French English

Buchelay - Centre commercial géant en 2020

Le futur ensemble commercial de Buchelay proposera des enseignes et des espaces de détente. Une trentaine d'enseignes installées sur 28 000 m de surface verront le jour d'ici trois ans sur la zone des Graviers. Un projet qui effraie les commerçants de Mantes-la-Jolie.

C’est un centre commercial d’un nouveau genre que projette de construire sur la zone des Graviers à Buchelay, la Compagnie de Phalsbourg. Ce géant de la consommation de 28000m2 devrait voir le jour « fin 2019, début 2020 », entre l’ancien et le nouveau magasin Leroy Merlin. Le permis de construire vient d’être déposé en mairie et l’enquête d’utilité publique s’est achevée à la mi-février dernier. Aucun recours n’est venu pénaliser ce projet, vieux de 7 ans et porté en son temps par la Camy.

C’est le sixième ensemble de la sorte que la Compagnie de Phalsbourg – dont le siège se situe sur la très chic Place Vendôme à Paris – construit en France. Mieux qu’une simple virée pour faire des achats, le futur centre offrir un lieu de promenade avec restaurants et espaces de jeux pour les enfants.

Open Sky pourrait ouvrir en 2020 sur la zone des Graviers à Buchelay.Ainsi, l’Open Sky – c’est le nom que devrait porter à terme, le projet – « s’insérera dans la zone commerciale existante. L’idée étant de favoriser sa revitalisation », explique Jean-Sylvain Camus, directeur de la communication de la Compagnie de Phalsbourg. « C’est un objet tout à fait nouveau que nous proposons, tant par sa qualité architecturale que par les enseignes qui s’y installeront », détaille-t-il encore.

L’Open Sky s’inscrira dans la lignée de l’Atoll déjà installé à Angers : une coque blanche donne l’unité architecturale et sert surtout à masquer tout ce que le client ne doit pas voir, à savoir les camions de livraison ou l’enlèvement des déchets. « L’idée qui gouverne le tout, c’est d’accueillir les clients de la meilleure des façons pour leur rendre le moment agréable », précise Jean-Sylvain Camus, et de le faire consommer le plus possible, cela va sans dire.

Entre 5 et 10 restaurants

Et côté consommation, il y aura de quoi. Une trentaine d’enseignes sont d’ores et déjà annoncées. Certaines, situées actuellement dans la zone commerciale pourraient même déménager dans le nouveau centre. « Intersport et Boulanger pourraient s’y installer », nous confie un autre interlocuteur bien informé sur le sujet. Entre 5 et 10 restaurants devraient également ouvrir ainsi qu’une trentaine de boutiques dédiées à l’équipement de la personne, équivalentes à celles que l’on trouve dans les centre-villes.

Déjà très encombré, l’axe routier aux abords comprenant la sortie de l’A13 est actuellement en chantier. D’autres aménagements devraient suivre. « Lorsque l’on apporte des surfaces commerciales supplémentaires, on crée un flux de trafic supplémentaire. C’est normal et il faut donc adapter les infrastructures. Nous participerons financièrement à ces aménagements comme nous l’avons fait à Metz où nous avons payé un passage souterrain et un giratoire », déclare Jean-Sylvain Camus.

La zone commerciale existante ne va-t-elle pas souffrir de l’impact de ce nouveau géant ? « Je ne dis pas qu’il n’y aura pas de conséquences. Il faudra qu’il y ait une volonté de restructuration de la part des commerces existants. Mais nous ne participerons pas à la re-location des magasins qui fermeront. » L’objectif de la Compagnie de Phalsbourg est bien de reproduire à Buchelay ce qu’elle a réussi à faire ailleurs tout en gardant « des centre-villes forts ».

Pour ce projet d’envergure, la Compagnie de Phalsbourg prévoit d’investir la coquette somme de 50 millions d’euros.

 

Raphaël Cognet : « Nous allons travailler ensemble »
« Lorsque 2€ sont dépensés en centre-ville, c’est 1€ qui est dépensé hors de l’agglomération. Cet euro, nous espérons que le projet de la Compagnie de Phalsbourg va le ramener », explique Raphaël Cognet, l’adjoint au Commerce de la ville de Mantes-la-Jolie, rappelant que c’est la raison pour laquelle l’équipe municipale s’est opposée au village des marques de Douains. Pour l’adjoint, l’objectif est clair : « Travailler ensemble mettre en place une véritable stratégie qui passe par le retour d’animations régulières et la relance des marchés. » La fuite massive des enseignes vers le futur Open Sky ? Raphaël Cognet n’y croit pas. « Je pense que le gâteau global va augmenter et que cela sera bénéfique pour tout le monde. » A priori, et même si plusieurs commerçants la réclament, la politique autour du stationnement ne sera pas modifiée. « L’offre autour du stationnement est suffisante. Aujourd’hui, on offre 1/2 heure en surface et la gratuité dans les parkings sous-terrains certains samedis. Je crois que l’on a trouvé un certain équilibre. » Malgré tout, Raphaël Cognet concède que les loyers du centre-ville « sont chers. La période est compliquée pour le commerce. Mais je reçois très régulièrement des demandes d’installation. Le souci, ce sont les locaux qui ne correspondent pas forcément aux souhaits. »
Paul Martinez impatient
Alors que le permis de construire vient d’être déposé, le maire de Buchelay Paul Martinez rappelle que ce projet est dans les cartons depuis au moins 7 ans. Un projet qualifié de « vertueux car il va créer une centaine d’emplois, dans un aménagement de qualité sur une zone dont les cellules commerciales datent des années 80 ». Il l’assure, les commerçants de la zone « attendent l’arrivée de cette locomotive ». Pour le maire, la Compagnie de Phalsbourg apporte une réponse intéressante au e-commerce, mais se dit prêt à faciliter une rencontre entre les associations des commerçants bucheloises et mantaises et la Compagnie de Phalsbourg. Quant à la taxe d’aménagement, qui pourrait avoisiner le million d’euros, elle sera reversée à GPS&O.
« La communauté urbaine peut faire le choix de la reverser tout ou partie, mais je ne serais pas choqué, compte tenu des investissements importants qui sont les siens, qu’elle décide d’en garder la majorité. »
David Beautier : entre crainte et satisfaction
David Beautier, le président de l’association des commerçants Cœur de Mantes oscille entre satisfaction et crainte : « En tant que Buchelois, ce projet me réjouit. En revanche, en tant que commerçant et président de l’association des commerçants de Mantes-la-Jolie, je suis beaucoup moins ravi… » Celui qui occupe un banc sous la halle du marché couvert du Vieux-Pilori concède que ce grand ensemble est « positif pour le territoire. Mais il aurait peut-être été plus sage d’attendre l’arrivée du RER E dans la ville », pense-t-il.
Afin de compenser les pertes que les commerçants Mantais pourraient subir, David Beautier souhaite « que l’on nous propose des compensations. Je suis prêt à négocier et à écouter ce que la Compagnie de Phalsbourg a à nous proposer. S’ils peuvent nous aider à animer le centre-ville, cela sera super ! »
En attendant de rencontrer Michel Vialay, le maire de Mantes et, dans un futur qu’il espère proche, les responsables de la Compagnie de Phalsbourg, le président des commerçants se dit « un peu abattu par ce nouveau projet » qui risque, selon lui de siphonner la fréquentation du centre-ville.
Stéphane Teste : pour 1 heure de stationnement gratuit
Le gérant de M. Bricolage, et président de l’association de commerçants Ça bouge en ville est, lui aussi, particulièrement inquiet. « Je m’offusque surtout que de petites surfaces commerciales aillent s’installer sur ce centre. Cela met directement les magasins du centre-ville en concurrence. »
Outre M. Bricolage, Stéphane Teste est également le gérant de deux autres magasins à Mantes : Du Pareil au Même et Promise. « En tant que commerçants, je ne vois pas quel intérêt je vais avoir à rester en centre-ville. Il y a des chances pour que les enseignes que je représente m’incitent fortement à aller m’installer à Buchelay… » Lui aussi doit rencontrer très prochainement la municipalité pour évoquer les actions à mener. « Je pense qu’aujourd’hui, on ne peut pas lutter en centre-ville lorsque l’on est commerçant, si la ville n’applique pas une véritable politique autour du stationnement. Je suis pour que l’on offre 1 heure de stationnement gratuit en surface comme cela se fait ailleurs. »

Source : http://www.78actu.fr

Ajouter un Commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire afin d'enrichir cet article. Les commentaires doivent être validés par un modérateur avant d'être publiés. Un langage peu convenable ne sera pas accepté.


Code de sécurité
Rafraîchir

Attention aux tiques

Les Tiques de la boucle de Guernes sont parfois porteuse de la piroplasmose.

La piroplasmose

 

C'est une maladie transmise par les tiques qui atteint les globules rouges.
La piroplasmose est l'une des maladies les plus fréquentes chez le chien, qui tue encore de nombreux chiens chaque année en France.

 

Des eaux pas si tranquilles que ça...

phoca thumb m pont bras seine 1Il fait chaud !

Une envie de se rafraichir ?

Cela tombe bien, à Guernes ce n’est pas l’eau fraiche qui manque : les bras de Seine, les étangs et juste à côté le port l’Ilon.

Les adolescents guernois et même des enfants plus jeunes l’on bien remarqué ; il y a plusieurs lieux où l’on peut trouver de l’eau pour se baigner à Guernes et aux alentours.

phoca thumb m port l ilon

Malheureusement tous ces lieux de bain potentiels comportent des dangers de noyade et des risques sanitaires.

 

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.