French English

Le ciné mobile

Guernes. Durant dix jours, l’association Plan Large amène la culture au cœur des villages grâce au cinémobile de la région Centre-Val de Loire.

« C'est bizarre ! C’est pareil que dans un vrai cinéma alors qu’en fait, c’est dans un camion», s’étonne Eléanore. En compagnie de ses camarades de l’école de Guernes, la fillette de 9 ans vient de tester le premier cinémobile des Yvelines : un camion équipé de quatre-vingt sièges rouges traditionnels, disposés face à un grand écran.

Une salle de cinéma qui a tout d’une grande.

A l’intérieur du camion, quatre-vingt sièges sont disposés devant un grand écran. LP/V.W. « Etonnant », « drôle », « super »... Les enfants ne manquent pas de qualificatifs pour décrire cette séance de cinéma extraordinaire. « En voyant le camion de l’extérieur, on ne s’imagine pas à quel point l’intérieur est grand », décrit Lana, 11 ans, aussi subjuguée que son voisin du même âge : « C’est fou parce que les sièges, les images, le son... c’est comme un vrai film ! », s’étonne Noah.

Loin des dix kilomètres de la grande ville de Mantes-la-Jolie, qui accueille la première structure dédiée au septième art depuis Guernes, l’initiative a le don de ravir les plus petits. L’idée est partie de l’association locale Plan Large. Depuis quinze ans, elle organisait le Festival des Juniors sur le territoire des Mureaux. « Les subventions des collectivités s’amenuisaient au fil du temps, il donc a fallu réfléchir à une autre façon de porter notre action d’éducation à l’image », raconte Agnès Hardy, secrétaire de l’association.

Les bénévoles se sont ainsi rapprochés de l’idée du cinéma itinérant, pilotée par la région Centre-Val de Loire depuis les années 1980. « Il s’agit de ne pas pénaliser certains enfants en amenant la culture au sein des communes rurales », insiste Michel Carrière, programmateur et directeur de l’ancien festival. Aujourd’hui, l’équipe fait face à de nouvelles contraintes. « C’est un super-lourd. Parfois, l’accès au village est difficile à cause du mobilier urbain et des rues étroites », confie Philippe Leroy, chauffeur-régisseur-projectionniste. Le camion de 26 t, baptisé Jacques Tati, a été loué par Plan Large pour 14 000 € les10 jours, l’enveloppe globale de l’opération atteignant 40 000 €. Pour autant, l’initiative est saluée. « La prochaine fois qu’il vient, je veux y retourner », prévient le jeune Samuel, 9 ans.

A partir de ce vendredi, et jusqu’à mardi, le camion aux images stationnera sur la place du marché couvert, place du Général-de-Gaulle, à Gargenville. Puis à Seraincourt (Val-d’Oise) du 26 au 28 avril. arifs : 2,50 € les scolaires et 4 € tout public. Programmation sur www.festivaldesjuniors.com.

« Pour la première fois, on a la sensation que ça s’adresse vraiment à nous »

Françoise, habitante de Guernes.

« J’en ai parlé à tout le monde, que ce soit sur Facebook ou par message », s’enthousiasme Dominique Edouard. Cette habitante de Guernes a assisté au tout premier film projeté lundi par le Camion aux Images sur une commune rurale du Vexin. Une séance de cinéma dont elle est ressortie « agréablement surprise ». « L’aménagement intérieur, la qualité de l’image et du son, c’est comme dans un vrai cinéma sauf que là, c’est à 4 € », clame cette nouvelle adepte du cinéma itinérant, qui regrette le peu de spectateurs présents. De son côté, Fabienne « trouve que c’est une bonne initiative ». « Pour la première fois, on a la sensation que ça s’adresse vraiment à nous, à nos enfants, car ça vient jusqu’à nous », souffle cette habitante, qui vit à Guernes depuis vingt ans.

Source : http://www.leparisien.fr

 

Ajouter un Commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire afin d'enrichir cet article. Les commentaires doivent être validés par un modérateur avant d'être publiés. Un langage peu convenable ne sera pas accepté.


Code de sécurité
Rafraîchir

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.